плакат Моята скъпа лейди - DEF - small.j

My old

lady

Metteur en scène : Stilian Petrov

Scénographie : Venelin Shurelov

Costumes : Elitsa Georgieva

Musique : Misho Shishkov-fils

Avec Maria Stefanova, Emanuela Shkodreva et Mihail Bilalov

LE SPECTACLE

Le théâtre National Bulgare « Ivan Vazov » et l'association « Artavenir » ont présenté le 22 septembre 2019, la comédie dramatique "My Old Lady" du dramaturge américain le plus joué en France - Israël Horovitz, présent ce jour. Le spectacle a été joué en bulgare avec des sous-titres en français au théâtre Saint-Léon à Paris.

Mathias, new-yorkais cinquantenaire, arrive à Paris pour vendre l'unique bien que son père lui a laissé en héritage. L’immense appartement, face au jardin du Luxembourg, se révèle occupé par Mathilde Giffard, une femme de 92 ans, veuve d’un riche homme d’affaires parisien. Elle y habite avec sa fille unique, Chloé. Cet appartement avait été vendu en viager, il y a plus de vingt ans, à un riche américain, Max Gold, le père du Mathias.


Israël Horovitz nous dévoile peu à peu, avec subtilité, les secrets cachés de ces trois personnages, tous très attachants. L’auteur, riche de soixante-dix pièces de théâtre et d’une trentaine de scénarios pour le cinéma, peut être fier de son œuvre, interprétée par les plus grands et ovationnée dans le monde entier - Paris, New York, Los Angeles, Montréal, Moscou, Prague et Sofia. Derrière ces succès, un homme malicieux, un amoureux de la vie : Israël Horovitz, le plus «frenchy» des New-Yorkais. Dans sa vie il a croisé Mick Jagger, Arthur Miller, Al Pacino, Diane Keaton, Gérard Depardieu, Jane Birkin, Pierre Dux et Line Renaud. Sans compter ses deux pères de substitution, Ionesco, qui le qualifiait de « tendre voyou », et Samuel Beckett, alias « Sam ». Israël Horovitz n’aura de cesse d’offrir au public ce dont il a manqué. A commencer par l’amour et le goût de la scène.

MÉDIA